DECRYPTAGES
Partage : linkedin twitter

Ad’Ap. Accessibilité des points de vente

Accessibilité. Quand les points de vente sont pointés du doigt par les consommateurs et les médias.

Une adolescente handicapée privée de cabine d’essayage dans un magasin Pimkie. Il y a quelques semaines, cette histoire a généré des dizaines de milliers de partages sur Facebook et un appel au boycott de la marque. Le tout en quelques heures seulement. Dans la même logique, APF France Handicap n’hésite pas depuis quelques semaines à dénoncer les retards accumulés dans la mise en accessibilité en France.

L’accessibilité, souvent critiquée

Dernièrement, certaines grandes enseignes ont donc traversé un épisode médiatique peu enviable sur cette question de l’accessibilité. Et pourtant, depuis le 26 septembre dernier, date de la première échéance des Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’AP), la majorité des établissements recevant du public devraient être accessibles. Des plaintes peuvent désormais être déposées par les personnes envers un établissement non accessible, comme cela s’est produit à Angers contre une chaîne de boulangerie. APF France Handicap annonce des recours par des adhérents, des bénévoles et des usagers. L’association rappelle que la sanction peut aller jusqu’à 45 000€ d’amende.

Des retards sur la mise en application des Ad’AP 

Il est important que les réseaux commerciaux se préoccupent de la mise en oeuvre de leurs Ad’AP. Les grandes enseignes ont quasiment toutes déposées un Ad’AP en 2015. Mais beaucoup sont en retard de l’application de leur programme. Très peu de réseaux commerciaux ont fait parvenir un point de situation à un an ou un bilan à mi parcours conformément à l’article D.111-19-45. Beaucoup n’ont pas encore mis à disposition un registre public d’accessibilité dans chacun de leurs magasins, comme l’oblige la réglementation depuis le 30 septembre 2017.

Et pourtant les montants de travaux sont parfois évalués à quelques milliers d’euros par point de vente. Mais ce sujet n’a pas été traité comme prioritaire depuis 2015. Et surtout, il est considéré comme difficile à mettre en oeuvre dans la mesure où ce sont de petits travaux sur beaucoup de sites.

Un enjeu crucial pour la marque 

Le non respect de ces obligations et par conséquent, la colère potentielle des consommateurs, peuvent à tout moment fragiliser une marque. SIB accompagne les enseignes sur les diagnostics accessibilité, sur la mise à jour de l’Ad’AP ou encore sur les mises en oeuvre.

Alors que les efforts marketing-communication demandent des investissements parfois lourds, les grandes enseignes ne peuvent pas oublier l’essentiel : garantir un niveau de service équitable pour chaque client.